Pixar enrichit sa série de courts-métrages SparkShorts, branche indépendante, en sortant deux nouveaux films nommés Float et Wind. Voulant traiter de l’immigration, Pixar créé ces films pour « porter un message de solidarité aux asiatiques et aux asio-américains victimes de la haine anti-asiatiques sous toutes ses formes. ». Le court métrage Wind conte l’histoire d’un petit-fils et de sa grand-mère, prêts à tout pour échapper à leur vie précaire. A travers un voyage, les deux vont fouiller dans les débris qui les entourent pour réaliser leur rêve de s’échapper vers une vie meilleure.

https://www.youtube.com/watch?v=EpaLbYFVfbQ

Float raconte l’histoire d’un père célibataire qui découvre les pouvoirs de son fils, faisant de lui un enfant différent confronté aux jugements des autres. Pour les protéger tous les deux de ce jugement, le père le couvre et le garde hors de vue. Mais lorsque la capacité de son fils devient publique, le père doit décider s’il doit s’enfuir et se cacher ou s’il doit accepter son fils tel qu’il est.
Deux beaux court-métrages, l’un sur la famille, l’émancipation et le sacrifice et l’autre sur la métaphore de l’autisme. Pixar continue d’aborder des sujets sensibles avec ses deux films qui promeuvent l’inclusion et la tolérance.

https://www.youtube.com/watch?v=1HAGuju_yKY